Naissance naturelle et paisible vécue en couple

 

La naissance est le début de la vie. C’est l’instant où une génération assure le relai avec la suivante. Au-delà de la simple reproduction de l’espèce, que reproduisons-nous en engendrant une descendance? Que cherchons-nous à ne pas reproduire, mais plutôt à changer, améliorer?

Les circonstances de la naissance d’un enfant font partie de ce que l’on cherche à rendre favorable, pour la femme parturiente, pour l’enfant à naître, pour la famille et même pour la société.

En ce qui nous concerne, ma femme et moi-même avons choisi l’accouchement en couple. Au fil des naissances et des années, nous nous sommes de plus en plus appropriés le phénomène de l’accouchement et avons gagné en maîtrise dans cet art difficile de coopération avec la nature au cours d’un processus bien particulier, l’enfantement.

L’article qui suite est une introduction aux défis et avantages de l’accouchement en couple. Pour en savoir plus, consulter nos ouvrages, le livre « L’accouchement naturel autonome vécu en couple » et le documentaire « Vivre naturellement et paissiblement la naissance ».

🙂

Défis et avantages de l’accouchement en couple

Pourquoi décider d’assumer en couple l’entière responsabilité de la naissance de ses enfants ?

Un accouchement, ce ne sont que quelques heures dans la vie d’une femme et les couples ont généralement peu d’enfants. Alors pourquoi s’investir dans l’accouchement en couple, quand tant d’assistance de professionnels est disponible, à une époque où une prise en charge médicale totale est même possible ?

L’obstétricien français Frederick Leboyer et la sage femme américaine Ina May Gaskin l’ont compris bien avant nous. Mais notre expérience de onze naissances en couple le confime : une naissance est un événement qui relève du sacré, tout comme celui de la mort, à l’autre bout de la vie.

Oui l’instant est sacré, car l’être humain est sacré. Il n’est pas un simple animal un peu plus évolué. Il est doté d’une composante divine unique, sa personnalité. C’est en cela que l’enfant qui vient à naître mérite le plus grand des respects, le respect de sa divinité.

Le couple de parents sent cela indirectement, naturellement, instinctivement ou intuitivement. Il veut le meilleur pour son enfant. Et cette volonté vient d’une force universelle, la plus grande force créée par Dieu, l’Amour.

C’est par amour, par amour pour nos enfants que nous avons progressivement appris en couple à maîtriser l’accouchement. Dès le premier enfant, nous avons cherché comment nous préparer à une naissance naturelle, c’est-à-dire par voie basse sans intervention médicale. Puis ce fut à domicile qu’il nous a paru le plus adapté de mettre au monde nos enfants, dans un environnement familier rassurant. Enfin, la confiance en soi et en la vie nous a permis de faire le pas et d’assumer entièrement en couple la naissance de nos autres enfants. Elle n’a pas toujours eu lieu au même endroit. Voyageant, nous avons eu des naissances sur quatre continents différents et autant de milieux socio-culturels, avec des conditions matérielles allant de la simple tente de camping au bord d’un ruisseau à la confortable ensuite d’un hôtel de luxe.

Cette confiance en soi et en la vie s’est développée au fil des naissances et des années, nous appropriant toujours davantage le processus naturel de l’accouchement, ma femme entretenant sa condition physique et moi prenant en charge les aspects matériels de l’accouchement et maintenant le contact physique avec elle, selon ses attentes et besoins de disperser les tensions, et un état psychique positif favorable, afin qu’elle puisse rester concentrée sur le suivi du rythme des vagues de l’enfantement et la conservation de ses énergies pour surmonter l’effort d’endurance à fournir.

Vivant en couple de nombreuses naissances, nous avons pu sentir combien l’instant est sacré, sacré du fait du nouveau-né, oui, mais également sacré du fait de ce qu’est spirituellement un accouchement, un point de rencontre entre l’amour divin et l’amour humain.

Quand l’enfant est accueilli par le couple qui l’a conçu neuf mois plus tôt, dans la même intimité que celle de la conception, naturellement se réactive l’ambiance sexuelle et féconde à l’origine du nouvel être humain qui s’apprête à naître. Cette atmosphère amoureuse provoque la sécrétion d’hormones, les hormones de l’amour, qui contribuent fortement à détendre le système nerveux, relâcher le système musculaire, s’ouvrir à l’inconnu, vivre paisiblement et avec sang froid ce qui se passe d’instant en instant, dans le « ici » et « maintenant ». Ce sont là autant d’ingrédients favorables à un accouchement naturel et paisible, le couple n’étant là « que » pour aider la nature à accoucher d’elle-même, la femme comme matrice et l’homme comme catalyseur, tous deux investis à la fois comme témoins conscients et acteurs volontaires venus apprendre à coopérer à une œuvre divine.

Vivre un accouchement en couple est une question de décision, certes, mais comme toute chose dans la vie, c’est une question d’apprentissage, comme de conduire une voiture, par exemple.
Pour le couple qui sait conduire seul les naissances de ses enfants, les avantages sont évidents.

Le premier, c’est le respect gagné, respect de l’enfant, respect du processus naturel et respect de la mère, de l’intégrité de son corps et de sa psyché.

Le second c’est la liberté exercée, liberté de l’organisation des circonstances de la naissance ; liberté dans la manière de vivre l’accouchement – se mouvoir, se reposer, s’exprimer, se rapprocher physiquement, s’unir sexuellement ; liberté de manifester sa satisfaction et sa joie, de contempler l’enfant.

Le troisième c’est l’autonomie acquise, autonomie dans la conduite d’un accouchement source d’épanouissement dans la maternité, autonomie dont sont imprégnés des enfants ainsi prédisposés dès leur naissance à avoir confiance en eux et en la vie – à faire « leur » vie, autonomie du couple pour envisager d’autres naissances encore plus divines, plus extatiques.

Être autonome pour accueillir ses enfants à la naissance pourrait sembler inutile ou anodin. Pourtant il n’en n’est rien quand on pense que la famille c’est l’unité de base de la société.

Être autonome pour engendrer une famille, qui plus est une grande famille comme la nôtre, dans le respect, la paix et l’amour, c’est quelque part commencer à engendrer une nouvelle société, une société de personnes reconnues dans toutes les potentialités de leurs personnalités divines venues se manifester sur cette planète.

Selon moi, vivre les naissances en couple est une nouvelle étape dans l’évolution de l’humanité. Cela passe par un véritable travail sur soi, l’élimination des peurs, la gestion des risques, l’organisation, l’harmonisation du couple, l’apprentissage de la coopération avec le divin, l’ouverture à la conscience cosmique qui sait mieux que nous-mêmes le comment « tout est à sa place », et la focalisation sur l’amour.

Cela conduit à la naissance d’êtres habités par une profonde paix intérieure et centrés sur ce qui les anime.

Pour nous, donner la vie à de tels enfants, c’est une puissante façon de contribuer à construire la paix et l’harmonie dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *